Home / Jeunesse et politiques / Les universités alternatives de la citoyenneté

Les universités alternatives de la citoyenneté

Les universités alternatives de la citoyenneté se consacrent pour la fondation d’espaces de formation, de dialogue et de sensibilisation crées par des jeunes et destinées également aux jeunes actifs dans le développement d’une transition démocratique. Ces universités représentent une opportunité aux jeunes des différentes régions pour renforcer leurs capacités et pour souligner et réclamer la nécessité de la prise en considération de leurs problèmes et leur implication réelle et effective dans la vie sociale locale et/ou nationale.

L’organisation des universités permet également de consolider le lien et le contact entre les multiples associations qui travaillent sur et avec les jeunes dans le but de les unifier et pour élaborer des politiques jeunes qui seront traitées comme une priorité pas l’Etat. 20 association des différentes régions de la Tunisie participent au projet des universités et sont représentées par un/e jeune.

Les universités alternatives de la citoyenneté sont étalées sur une année (février 2016 – Janvier 2017) et elles comportent 4 grandes rencontres en traitant 2 grandes axes thématiques :

  • L’autonomisation sociale et économique des jeunes.
  • La lutte contre le terrorisme et la contrebande.

Chaque rencontre aborde un sujet bien déterminé :

  • La 1ère rencontre : introduction aux politiques publiques.
  • La 2 éme rencontre : introduction aux 2 axes thématiques des universités.
  • La 3 éme rencontre : élaboration des papiers politiques par les jeunes participants.
  • La 4 éme rencontre : introduction au plaidoyer et ses outils.

L’output du projet des universités est un papier politique portant sur la couverture sanitaire des jeunes diplômés chômeurs : en effet ce papier veut réviser la loi N° 51 du 24 Juillet 2006 qui indique que le jeune a le droit de seulement une année de couverture sanitaire à partir de la date de l’obtention de son diplôme universitaire. Par ce papier, les jeunes participant veulent que les jeunes aient une couverture sanitaire jusqu’à l’âge de 35 ans tant que le jeune n’a pas pu décrocher un travail.

Après la 4 éme rencontre, une campagne de plaidoyer est lancée au mois de Décembre. Dans ce cadre une campagne sur les réseaux sociaux « Change la loi N° 51 » est lancée, des rencontres avec les représentants du peuple sont réalisées.

Voir Aussi

أين حقّي في الحياة؟

 ثمانية سنوات بعد الثورة و لا زالت معركة #التشغيل و #الكرامة على رأس أمهات القضايا التي لم يبخل …

Subscribe / Inscription / إشترك

Subscribe / Inscription / إشترك